Lutter contre la pauvreté grâce à une meilleure gestion des récoltes

Micro-agriculture / Mali-Ouganda

Dans la plus grande partie de l’Afrique subsaharienne, l’agriculture et l’élevage de subsistance représentent un secteur clé de l’économie et fournissent la principale source de revenus. En dépit de cela, des millions de tonnes de nourriture sont perdues chaque année en raison de techniques post-récoltes inadaptées, avec des conséquences dramatiques en termes de pauvreté et d’insécurité alimentaire dans la région.

NOTRE IMPACT

icon-farmers.png

10 400

d’agriculteurs impliqués (Mali et Ouganda)

icon-women2.png

+ de 60%

de femmes parmi les participants

icon-beneficiaries2.png

71 800

bénéficiaires (Ouganda et Mali)

certificate2.png

100%

des organisations visées répondant aux standards de qualité

Notre action

L’initiative, soutenue par la Fondation en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial, avait pour objectif de lutter contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire au nord-est de l’Ouganda et dans la région de Sikasso, au Mali, en contribuant à réduire le niveau inquiétant des pertes post récolte. L’amélioration de la gestion de la chaine d’approvisionnement dans son ensemble, et plus particulièrement au sein de la ferme, était au cœur du dispositif et les agriculteurs ont pu avoir accès, à des tarifs préférentiels, à des équipements de stockage adaptés à leurs besoins. Le programme a aussi servi de test à la mise en œuvre de solutions de stockage de plus grande ampleur, telles que la construction, sur place, d’unités de stockage hermétiques.
Les agriculteurs ont enfin bénéficié de formations couvrant notamment la récolte des cultures ou encore les techniques de battage, de séchage et de stockage. 

Impact

Grace à un équipement simple mais hautement hermétique qu’ils étaient formés à utiliser, les petits agriculteurs ont pu protéger leurs récoltes des nuisibles, éviter qu’elles soient endommagées et les entreposer pour, selon leurs besoins, les consommer ultérieurement ou les vendre à un meilleur prix. L’accroissement des volumes disponibles pour la consommation ou la vente a engendré une plus grande sécurité alimentaire et une augmentation des revenus, tandis que l’amélioration de la qualité des grains a eu un effet positif important sur le niveau d’aflatoxine, une cause de malnutrition et de problèmes de santé dans la région. Enfin, la construction des silos sur place a permis d’accroitre de manière significative l’activité économique dans les villages. 

A propos de notre partenaire

ldf-logo-wfp.png

Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) est la première organisation humanitaire mondiale de lutte contre la faim. Entièrement financé par les donations volontaires des états et des fondations, il constitue la branche des Nations Unies en charge de l’aide alimentaire, dans le but de renforcer la sécurité alimentaire Cette initiative est intégrée à celle du PAM, Purchase for Progress (P4P), qui, en passant commande auprès des petits producteurs, leur donne accès au marché, et qui investit localement afin d’améliorer les rendements et, de ce fait, la sécurité alimentaire dans la durée. 

Durée du projet

2015 à 2016 (Ouganda) et 2016 à 2017 (Mali)

 

Témoignage

Avant, je perdais une grosse part de ma récolte lors de son stockage, à cause de la moisissure et de la prolifération des nuisibles. Être formés sur la qualité des graines et sur les méthodes de réduction des pertes post récoltes nous a fait découvrir de nouvelles méthodes, comme l’utilisation de silos, de réservoirs, de sacs trois épaisseurs, ou les techniques de contrôle de l’humidité.

Bakaridjan Diarra

Coopérative de Yeredeme, Nossombougou, Mali