Améliorer les conditions de vie par une meilleure chaine de distribution d’açaí

Micro-agriculture / Brésil

L’île de Marajó est l’une des régions les plus pauvres du Brésil et compte parmi les régions les moins développées selon l’Indicateur de Développement Humain (IDH). Sa population, qui vit principalement de la production d'açaí et de la pêche, est durement touchée par l'insécurité alimentaire et à la pauvreté. La productivité y est faible, et même si la demande d’açaí est importante et en croissance, les revenus générés restent insuffisants, les réseaux de distribution étant inexistants et les petits producteurs n’ayant aucun pouvoir sur les prix de vente imposés pas les intermédiaires.

NOTRE IMPACT

icon-family2.png

41

familles

icon-people2.png

110

bénéficiaires

icon-beneficiaries2.png

3

visites techniques

icon-partners2.png

7

semaines de l’assistance technique

Notre travail

Géré en partenariat avec l'Instituto Louis Dreyfus et l'Instituto Peabiru, le projet a pour objectif de lutter contre la pauvreté et d’assurer de meilleures conditions de vie aux agriculteurs en les aidant à accroitre leur production d’açaí et à retrouver la maitrise des réseaux de distribution. La formation, qui couvre la production durable, le management et la gestion administrative, mais aussi l’accompagnement des agriculteurs afin qu’ils aient accès à un réseau de distribution et à des débouchés pour leur production, sont les axes clés du programme. L’implication des communautés agricoles sur place, condition de l’automisation des populations locales, est, elle aussi, au cœur du dispositif.

Une nouvelle phase du projet, validée en mars 2019, facilitera l’accès au marché grâce à la création d'un «port d'açaí» afin que les communautés locales reprennent le contrôle de la commercialisation de leur production. Cette phase a également pour objectif de diversifier les sources de revenus des 41 familles participantes grâce au développement a la production artisanale, telle que la production de « matapi » et de miel d'abeilles indigènes.

Impacts

41 familles ont déjà bénéficié de formations en gestion financière et en entrepreneuriat, ainsi que d'une assistance technique à tous les niveaux de la chaîne de valeur d’açaí afin d’améliorer la productivité et la qualité d'açaí devrait améliorer, ainsi que les revenus générés. Une meilleure coopération entre les familles permettrait de générer un sentiment d’appartenance à la communauté, condition préalable à toute forme d’autonomisation.

A propos de notre partenaire

peabira-logo2.jpg

Créé en 2018, l'Instituto Louis Dreyfus (ILD) soutient les projets de la Fondation d’entreprise Louis Dreyfus au Brésil. Grâce à la mise en œuvre de projets de micro-agriculture et d'éducation, l'ILD contribue à améliorer la sécurité alimentaire des communautés rurales vulnérables au Brésil en utilisant des pratiques agricoles durables


Instituto Peabiru est une organisation d’intérêt public issue de la société civile, active depuis 19 ans depuis son siège social de Belém, dans la région de Pará, au Brésil, et qui a pour objectif d’apporter une réponse aux défis socio-économiques et environnementaux liés à la survie, à long terme, de l’Amazonie brésilienne. 

Durée du projet

2018 à 2020

TÉMOIGNAGE

L'Institut Peabiru et l'Institut Louis Dreyfus nous ont soutenus tout au long de l'année. Une visite à la communauté de la rivière Tartaruga nous a ouvert nos yeux. Nous avons enfin compris l’importance d'avoir un port d'açaí, notre propre port, et de ne pas dépendre des intermédiaires.

Valdecir Moraes Pereira “Toti”

Communauté de Rio Urinduba